Collèges au Théâtre

Que fait l’ATP, la saison terminée ?

Elle emmène, par exemple,

« 400 collégiens à l’espace Cathare »

La Dépêche, publiée le 12/05/2015
Éducation
Quatre cents collégiens ont assisté à la pièce de théâtre «Monsieur Agop» à l'espace Cathare./ Photo DDM, B. B.
Quatre cents collégiens ont assisté à la pièce de théâtre «Monsieur Agop» à l’espace Cathare./ Photo DDM, B. B.

Dans le cadre de l’opération départementale «Collège au théâtre», l’Association Théâtre populaire (ATP) de l’Aude était de retour à l’espace Cathare, jeudi dernier, avec «Monsieur Agop» de la compagnie La Naïve. Une histoire de Marseille, de taxi, d’Arménie, d’aéroport, bref un beau voyage ! Deux séances, l’une à 10 heures et l’autre à 14 heures, ont accueilli les collégiens de Quillan, bien sûr, mais aussi de Limoux, Chalabre et Couiza.

«400 élèves de 5e, tous sensibilisés au spectacle vivant par des interventions en classe, et qui ont, de plus, pour certains, découvert l’espace Cathare à cette occasion», a déclaré Fabienne, de l’ATP. La pièce proposée était spécialement écrite pour le jeune public et les comédiens, originaires d’Avignon, n’ont pas manqué de provoquer d’énormes éclats de rires chez les jeunes spectateurs des collèges du territoire.

Une histoire vraie

«Il s’agit avant tout de faire entendre les mots et les intentions», a expliqué Béatrice Barnole, responsable du jeune public pour l’ATP de l’Aude. En effet pour cette programmation, l’ATP s’est tourné vers un spectacle abordant, de façon détournée, le sujet du génocide en Arménie et, plus spécialement, la place des enfants dans cette guerre. Cette pièce, écrite et mise en scène par Jean-Charles Raymond raconte l’histoire d’Azad, sauvé alors qu’il n’était encore qu’un enfant par un certain Monsieur Agop, qu’il tente de retrouver quelques années plus tard à Marseille. Cette pièce est tirée d’une histoire vraie : «Ce qui permet généralement de piquer la sensibilité et la curiosité des élèves. Ce programme a su convaincre les professeurs afin que nous puissions travailler sur le répertoire contemporain pour les enfants», poursuit Mme Barnole. Ce spectacle, qui alternait entre le comique et le dramatique, a su éveiller la curiosité des jeunes collégiens. Aucun spectacle de la compagnie La Naïve ne ressemble à un autre : les auteurs sont de toutes origines, de toutes époques, il n’y a pas de metteur en scène attitré et l’émotion reste le fil rouge. On pleure parfois dans les spectacles, mais souvent on y rit !

Merci à Brigitte et Nicolas, les média locaux ont amplement relayé l’opération.
On poursuit l’opération à Castelnaudary et Pennautier : c’est qu’ils sont 1800 élèves, en tout, ça fait un certain nombre de représentations.

A bientôt pour d’autres nouvelles de l’ATP, qui butine toujours, la saison terminée.