CIRQUE MISÈRE à Limoux COMPLET

La Compagnie « La Faux Populaire Le Mort aux Dents »

en compagnonnage de la Verrerie d’Alès Pôle National des arts du Cirque Languedoc Roussillon

installe son chapiteau sur le parking des berges de l’Aude (Gamm Vert)

pour deux représentations, les vendredi 24 et samedi 25 mai à 20h45.

C’est complet !

CirqueMisere-35

 

 Auteur et interprète : Julien CANDY
manipulateur d’objets et musicien, 1m84 pour 70kg

Interprètes :
Eric BUTON, formation éducateur spécialisé, intervenant cirque adapté,
1m71 pour 65kg
Jérôme CHEVALLIER, skateur, 1m78 pour 62kg
Pierrick STEPHANT, technicien multifonctions, 1m833 pour 70kg
Hervé VAYSSE, chanteur lyrique, 1m83 pour 100kg
Metteur en piste : Paola RIZZA
Création lumière : Julie VALETTE Costumière, scénographe : Camille LACOMBE

Pour ce spectacle, Julien Candy continue la recherche qu’il avait initiée avec Le Cirque Précaire ; les émotions et leurs mécanismes, l’homme face à l’amour, à la modernité, une recherche de vérité, même cruelle. Et toujours présente, sa poésie des objets ; du papier, des tréteaux, du scotch, une pièce de 2 euros. Jongleur, comédien, musicien, il le sera encore dans Cirque Misère mais il ne sera pas seul.  Julien s’est entouré de quatre acolytes ; musiciens, acrobates, skateur, chanteur d’opéra, il a réuni des personnalités multi-cartes et des physiques différents ; tout comme ses objets, il amène au cirque des corps « non-dédiés ». Et comme des enfants, ils « jouent » à faire du cirque; comme des enfants c’est très sérieux, drôle et parfois violent.

2_CirqueMisere-49

Julien CANDY a souhaité aborder à nouveau le thème de l’être humain, des relations humaines et donc de la misère humaine. Celle du quotidien, personnelle mais en fait universelle, celle qui est liée à notre société mais aussi celle que l’on se crée nous mêmes et qui nous enferme. Pour nous parler de cela, il s’inspire de sa vie et de celle de ses proches.

Dans « Le Cirque Misère », la notion de numéro est attachée au principe que chaque interprète contribue à sa bonne réalisation. Julien a choisi de perturber les repères de ces interprètes, ce qui permet une approche nouvelle de leur pratique artistique ou technique .

Tarifs 15 / 10 / 5 / 1 € (plein, réduit, jeune, acticity)

Réservations recommandées : 04 68 69 53 65 – atp.aude(arobas)orange.fr

Des questionnements intimes : l’amour, la relation à l’autre, le pouvoir, la manipulation, les pulsions, la sensibilité…

La lecture de l’oeuvre d’Henri Laborit a beaucoup influencé Julien ; les mécanismes de l’amour, de la gratification, de la peur… Peut-on être heureux en étant lucide?

Perdre ses repères : Le skateur est contraint d’évoluer dans un espace réduit sur des modules humains (planches manipulées par les autres interprètes) et mouvants (berceau géant qui se balance).

Le chanteur lyrique doit emmener sur son vélo deux voltigeurs de circonstance pour son tour de piste et de chant. Équilibre sur tréteaux, Cerf-volant « vélotracté», bilboquet sans fil… Ou comment se perdre pour se retrouver ailleurs, là où on ne s’attendait pas.

Qui manipule qui ?

Tour à tour victimes, bourreaux, manipulateurs et manipulés ; le chanteur sur son vélo subit les voltigeurs et eux-mêmes sont à la merci du moindre coup de pédale maladroit.

Le funambule avance obstinément sur des vagues de tréteaux mais choisit-il vraiment sa destination ?

« À vouloir remettre en question nos repères, n’est-ce pas surtout soi-même qu’il faut bousculer ? La place de l’artiste dans ce grand barnum ? N’est-ce pas le moyen de me conforter dans mes convictions, dans une bien-pensance rassurante ? »

La musique : Ici aussi, il y a matière à faire exploser les frontières stylistiques et les clichés : jazz, opera baroque, pop, rock, folklore napolitain, quand on aime on ne compte pas les siècles.

Quelques lectures qui ont accompagné la réflexion et l’écriture de « Le Cirque Misère» : L’éloge de la fuite Henri Laborit, Réenchanter le monde et La télécratie contre la démocratie Bernard Stiegler, les textes de Jodorowsky et les dessins de Topor, les Ecrits de Daniil Harms, La révolution? On s’rappelle… de Bruno Gaccio…

Co-productions / Soutiens
Les co-producteurs : La Verrerie d’Alès – Pôle National des arts du Cirque Languedoc Roussillon & ses copartenaires : Le Théâtre– Scène Nationale de Narbonne, ADDA Scènes Croisées de Lozère, Mairie de Bédarieux. L’Athanor – Scène Nationale d’Albi, Le Gallia Théâtre – Scène Conventionnée de Saintes, Association MEDIAGORA – AGORA PNAC, Le Sirque – Pôle National des Arts du Cirque Nexon Limousin, Derrière Le Hublot -Pôle des Arts de la rue en Région Midi-Pyrénées dans le cadre du projet Itinéraire de cirque en Massif-central, CIRCa Auch – Gers – Midi Pyrénées, Scène Nationale d’Aubusson – Théâtre Jean Lurçat.
Les soutiens : Conseil Régional Languedoc-Roussillon
Avec le concours du Ministère de la culture et de la communication – Direction générale de la création artistique.
Avec le concours de la Préfecture de région du Languedoc-Roussillon – Direction régionale des affaires culturelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s