LE ROI SANS ROYAUME – Agora Théâtre

C’était le 9 mai à Carcassonne – Salle du Dôme

et le 12 mai à Quillan – Espace Cathare

Une création de l’Agora Theater, le théâtre de la Communauté germanophone de la Belgique

Une pièce de théâtre pour adultes et enfants (à partir de 6 ans) avec poésie et éléments de nature, airs doux et flonflons puissants.

Ci-dessous, des images qui donnent un bel aperçu de ce monde coloré et chantant, parfois semblable au nôtre… pas assez souvent ? Un monde qu’on n’avait pas envie de quitter, dans lequel on se serait volontiers plongés encore…

« Le Roi sans royaume » – Agora Theâtre – 9 et 12 mai 2012

Un beau matin, il s’est réveillé et tout avait disparu : son lit, sa chambre à coucher, son trône, son château, son épouse la Reine, ses serviteurs, son peuple, tout son royaume. Seule la couronne lui était restée parce que, le soir précédent, il avait oublié de l’enlever. Il a regardé autour de lui. Il a appelé aux quatre coins de l’horizon. Et comme la journée s’annonce belle, il part porté par le vent. Il parcourt le monde à la recherche de son royaume. Ou plutôt à la recherche de sa chanson. Ou même les deux. Puisque là, où il retrouvera sa chanson, il retrouvera très certainement aussi son royaume. Sur son long chemin à travers la journée et un peu à travers sa vie, il fait d’étonnantes rencontres avec l’homme et la nature, avec le monde et les animaux et peut-être même un peu avec lui-même.

Texte, direction artistique : Marcel Cremer
Mise en scène : Marcel Cremer et Fatma Girretz
Scénographie et traductions : Pierre Doome
Avec Sascha Bauer, Karen Bentfeld, Volker Stephan Lather, Line Lerho, Kurt Pothen, Viola Streicher,
Joe Keil et Emilie Cottam (costumes), Michel Delvigne (lumières), Dany Gallo (son), Céline Leuchter (décors et accessoires), Katja Rixen (Musiques), Sabine Rixen (affiche)

Durée du spectacle : 60 min

« Ainsi commence la nouvelle pièce d’Agora. C’est notre 37e mise en scène. Nous avons parcouru 34 pays, dont certains n’existent déjà plus. Nous avons joué 3 500 fois devant plus de 900 000 spectateurs. C’est le début de la trentième année d’Agora. Et pourtant, tout recommence. C’est la même excitation. La même curiosité. Nous réapprendrons de nouveau à tout comprendre, car la terre, inlassablement, a continué de tourner. Rien n’est immuable. Dans nos valises, nous portons le souvenir. Certains l’appellent l’expérience. Nous franchirons de nouvelles frontières, nous foulerons de nouveaux continents, nous nous frayerons de nouveaux chemins… Le plus beau jour est celui qui commence à l’instant. »

Marcel Cremer, novembre 2009

Prologue du « Roi sans royaume »

Voici venir le Matin.
Le Jour à sa suite.
Ils quittent la maison de la Nuit.
Elle, elle ferme la porte derrière eux.
Le Matin guide le Jour dans la lumière.
Ensuite il va son chemin.
Le Jour s’étend au soleil.
Il étudie le vol des hirondelles. Ou alors, il traverse le lac en barque. Ou alors, il fauche l’herbe. Ou alors, il brûle les feuilles mortes. Ou alors, i brise les glaçons de la corniche à l’aide d’un bâton. Suivant son envie et d’après les saisons. La plupart du temps, il ne fait rien de tout cela. Et il passe rapidement. Déjà le Soir l’appelle. Il suit le Soir dans la Nuit.

Elle, elle l’installe dans sa couche. Elle murmure des violettes à son oreille. Elle le berce et il s’endort. Elle éteint la lumière. Sur le banc de bois de la véranda, le Matin, le Soir et la Nuit sont assis. Muets, ils veillent sur le sommeil du Jour.
Marcel Cremer

A propos du théâtre pour enfants

Aller au théâtre avec des enfants, c’est comme aller avec eux au restaurant. Nous nous décidons pour un restaurant, nous réservons une table, nous mettons nos plus beaux habits, nous arrivons à l’heure, et surtout, nous avons faim […].

Nous choisissons un menu et notre palais se réjouit à l’avance de saveurs nouvelles. Mais attention ! Dans certains restaurants, il y a des menus pour enfants. Le plus souvent, on y trouvera des pâtes sauce tomate, des frites avec ketchup ou mayonnaise, des filets de poissons panés.

Si c’est aller au restaurant pour y manger ce qu’on mange tous les jours, mieux vaut ne pas y aller. Si quelqu’un va au théâtre dans l’espoir d’y retrouver du connu ou du ruminé, il lui manque la condition pré-requise la plus importante : la faim du nouveau, de l’inconnu, de l’étrange […].

Certains auteurs et acteurs préfèrent vendre aux enfants des filets panés. Personnellement, je préfère leur présenter du poisson et leur expliquer comment on enlève les arêtes. Le poisson frais est bien plus sain […], il nous parle beaucoup mieux de la vie […].

Aller au théâtre, c’est faire quelque chose pour la première fois […].

Chaque représentation est unique. Merveilleuse. Fantastique. Passionnante. Mais cela comporte des risques de complications, parce que c’est la première fois. A cause de cela, tout est unique, nouveau, autre, INCONNU.

Marcel Cremer

Une réflexion au sujet de « LE ROI SANS ROYAUME – Agora Théâtre »

  1. de Christian S. (venu en famille sur 3 générations) :
    « Quel souvenir !! Un des spectacles les plus riches que j’ai pu voir. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s